Charge de vent sur la maison

Protection régulée de bâtiments

La charge de vent sur les bâtiments est avant tout une grandeur climatique.

Il s’agit des effets de la pression et de sa répartition sur les bâtiments et éléments de construction que déclenchent les courants de vent. La charge de vent exercée frontalement sur un bâtiment engendre une surpression que l’on appelle pression du vent. Sur les faces latérales ou le toit, celle-ci retombe à nouveau, mais engendre une aspiration qui génère une dépression. De plus, des tourbillons de vent sur les côtés du bâtiment créent une dépression et donc un appel d’air. En Suisse, la SIA 261 est la norme qui règle ce domaine. De nos jours, elle est reconnue comme «règle de l’art en construction».

Différentes conditions de vent en Suisse

Pour répondre aux différentes conditions de vent, la Suisse est subdivisée en sept «zones de référence». Il en résulte que les bâtiments sur des sites exposés, par exemple des sommets de montagne, nécessitent un ajustement de la pression dynamique de référence. En plaine par contre, un chevillage standard de l’isolation thermique (ITE/SIFE) est tout à fait admis.

L’appel d’air dans les 7 différentes zones de référence est évité grâce à SIA 261, en fonction du matériau isolant choisi, avec un chevillage correspondant.
En Suisse, la pression du vent est classée en 7 zones de référence. Conformément à SIA 261, la prévention de l’appel d’air se fait par un chevillage correspondant de l’isolation thermique.

Chevillage

Outre les exigences des charges de vent, ce sont l’emplacement du bâtiment, la hauteur du bâtiment, la nature ou l’état du support ainsi que le type de panneaux isolants (EPS, laine de pierre, etc.) qui déterminent l’exécution de la cheville pour panneaux isolants ainsi que du schéma de chevillage utilisé.